Lutte contre les maladies: 47 acteurs reçoivent une formation en communication de crise pour renforcer leurs compétences

Partager cette publication...

Dans la ville de Grand-Bassam se tiendra du 08 au 12 novembre 2021, un atelier régional de formation sur la communication de crise lors des urgences santé, organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), avec pour thème principal : « Atelier régional de formation sur la communication de crise lors des urgences de santé publiques ».  

 

Cette formation en communication santé a été organisée par l’OMS dans le but de former les acteurs de la communication et du contrôle des épidémies, des éléments théoriques et une démarche de communication basée sur les représentations de la population.

Ils sont au nombre de 47 acteurs à prendre part à cette formation de quatre jours, à savoir des chargés de communication des structures centrales du ministère de la Santé, des directions régionales de la santé du pays, ainsi que des partenaires qui interviennent dans la communication en santé.

Cet atelier leurs permettra d’être plus efficace et plus opérationnels dans les interventions communicationnelles en situation d’urgence.

 

Pourquoi, un tel atelier maintenant, vu que la covid-19 est présente ?

 A cette question, Jean-Marie Vianey Yaméogo, représentant pays de l’OMS en Côte d’Ivoire, lors de la cérémonie d’ouverture répond que:

« Il n’est jamais tard pour mieux faire. Nous avions organisé l’atelier maintenant parce que nous avons assez d’espérance au niveau des différents pays. C’est vraiment le moment de nous asseoir, de nous concerter et de parler les expériences ». Et d’ajouter que : « Chacun des cinq pays ici est venu avec une somme d’expérience en matière de communication. Plus on pratique, mieux on se forme et moins ont fera des erreurs. C’est pour cela que l’atelier est la bienvenue. Et permettra aux pays d’une part d’avoir les rudiments nécessaires pour communiquer », a-t-il lancé.

Si une stratégie et des messages de communication adaptés peuvent gagner l’adhésion, à l’inverse une stratégie ou des messages inadaptés peuvent susciter la méfiance, voire l’hostilité envers les mesures de santé publiques proposées.

Par ailleurs, le représentant du système des Nations-unies en Côte d’Ivoire attend des participants au retour dans leur pays, d’avoir un plan de communication contextualisé et réaliste, avec des différents éléments pour ce système de communication.

A noter que plusieurs pays de la sous-région, à savoir Niger, Burkina-Faso, Mali, la Guinée prennent part à cette formation.

 

 

Brice Konan