Fuites de plusieurs vidéo-surveillances montrant des violeurs embauchés pour torturer et « violer » des détenus dans les prisons russes

Des images horribles de détenus torturés et violés dans des prisons russes ont été diffusées dans ce qui a été qualifié de « méga fuite ». Le site Web anti-torture Gulagu.Net, qui a été interdit en Russie, a publié 40 Go de matériel vidéo impliquant le service de sécurité du FSB – autrefois dirigé par Vladimir Poutine – et les autorités pénitentiaires du FSIN du pays.

 

Ces images sont décrites comme un « tapis roulant de torture » où il est allégué que des violeurs sont utilisés afin d'aider à « casser » les détenus de sexe masculin. Le matériel vidéo horrible proviendrait des prisons de six régions russes et sera désormais transmis aux Nations Unies et au Conseil de l'Europe pour enquête.

 

Le matériel a été divulgué par un programmeur biélorusse emprisonné à Saratov qui a été utilisé par les autorités pour rassembler leur collection écœurante de vidéos de torture filmées sur des caméscopes pénitentiaires, dit Gulagu.Net. Le programmeur - maintenant libéré et demandant l'asile politique en Occident - a copié le matériel et l'a transporté hors de Russie, affirme-t-on.

 

 Vladimir Osechkin, qui dirige Gulagu.Net, a déclaré que c'était « la première fois que les défenseurs des droits humains obtenaient une quantité aussi colossale d'informations prouvant la nature systémique de la torture en Russie », déclarant qu’ils ont des preuves que 200 détenus ont été torturés et violés par des agents du FSB et du FSIN dans les pénitenciers russes, 40 étant représentés sur des vidéos. La direction des services pénitentiaires avait lancé une enquête sur les vidéos.

 

Suite à cela, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré : « Si l'authenticité de ces documents est confirmée, alors, bien sûr, c'est une raison pour une enquête sérieuse », poursuivant "Mais d'abord, il est nécessaire de régler cela rapidement mais calmement et d'établir (leur) authenticité."

 


Le colonel Alexei Fedotov, 55 ans, chef du service Saratov de la FSIN, a démissionné mardi au milieu du scandale. Le bureau du procureur général de Russie a lancé une enquête. Cependant, Osechkin, basé en France, a déclaré: "Les autorités russes sont hypocrites et font tout ce qu'elles peuvent pour se distancier de ce tapis roulant de torture (qui) a été créé par les généraux du FSIN et du FSB - et a été utilisé pour réprimer la volonté des condamnés.»

Les vidéos « prouvent » que les agents du FSB et du FSIN utilisent le viol et d'autres tortures pour forcer la coopération et l'obéissance des détenus, a-t-il déclaré, avant de terminer « Nous prévoyons de publier des lots de vidéos étape par étape dans les semaines à venir, maintenant que la source est hors de portée des autorités russes. »

Le programmeur informatique a divulgué le matériel en la sortant de Russie dans le but de se venger car  " lui-même a été battu et torturé " avant d'être déployé en tant que " professionnel " pour déposer la collection de vidéos abusives de plusieurs régions.

 

Audrey P