Une femme accusée de meurtre après avoir poignardé son mari 140 fois

Une femme de Floride du nom de Joan Burke, âgée de 61 ans a été accusée de meurtre au premier degré devant le juge du comté de Palm Beach, le dimanche 20 février 2020 par visioconférence, selon des documents judiciaires obtenus par WPTV, affilié à CNN, pour avoir poignardé son mari 140 fois pour des raisons encore inconnue.

Dans un rapport d’incident, les faits remontent au vendredi 11 février 2022, lorsqu’un homme a appelé des agents de la police de Palm Spring s’identifiant comme le fils du suspect, en déclarant avoir découvert le corps de son beau-père, Melvin Weller, 62 ans, gisant sur le sol de la cuisine dans une mare de sang. Après que le répartiteur du 911 lui a demandé si quelqu’un d’autre était à la maison à ce moment-là, l’appelant « a fait une pause de plusieurs secondes, puis a dit que sa mère Joan Burke était là », indique le rapport.

Arrivés sur les lieux, les agents de la police ont trouvé la victime dans une grande mare de sang qui couvrait plus de la moitié du sol de la cuisine, selon le rapport. Les enquêteurs ont également trouvé une vadrouille, un balai et d’autres outils de nettoyage à côté du corps. 

En effet, la police a déclaré que la victime, qui semblait décédée, avait plusieurs coups de couteau et des lacérations sur le corps. Les agents ont remarqué des éclaboussures et des taches de sang sur les murs, les armoires et les comptoirs de la cuisine. Deux couteaux et un couperet à viande ont été retrouvés dans l’évier de la cuisine, a indiqué la police.

Une autopsie a révélé que la victime avait subi plus de 140 coups de couteau et une fracture du crâne causée par un coup à la tête avec un couperet à viande, selon le rapport.

Cependant, lors d’un balayage de la maison, les agents ont découvert Burke allongé dans un lit dans la chambre principale, consciente et alerte mais restant silencieuse, selon le rapport. Elle a été transportée dans un hôpital voisin pour une évaluation.

Dans un mandat de perquisition exécuté au domicile du suspect, la police a pu récupérer un sac poubelle contenant une chemise de nuit tachée de sang appartenant au suspect et un téléphone portable qui, selon les enquêteurs, appartenaient à la victime, selon le rapport. La police a déclaré que Burke avait également des lacérations aux mains.

Le mobile de cet incident est encore inconnu. La famille de la victime a déclaré qu’il était physiquement handicapé au moment de sa mort.

Stéphane Kalil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text