Développement socio-économique :la Centrafrique engage le défi de la mobilisation des ressortissants en Afrique de l’ouest

La République centrafricaine entend compter sur tous ses ressortissants vivant à l’étranger, singulièrement en Afrique de l’ouest, pour le développement socio-économique du pays. Dans cet élan, il a été procédé, le jeudi 26 mai, à l’élection du Bureau de l’Organisation faîtière des communautés vivant en Côte d’Ivoire. Cette cérémonie a eu lieu dans les locaux de la chancellerie à Abidjan Cocody Danga.

Lors de cette élection, qui s’est déroulée en directe, par soucis de transparence, les Centrafricains vivant en Côte d’Ivoire ont porté le choix sur le candidat Bienvenu Tokpan N’gueta, pour assurer la présidence du Bureau local. Il a obtenu 116 voix sur 249, au détriment de deux autres candidats malheureux.  

Il sera assisté d’un chargé des Affaires culturelles, d’un responsable de la Communication et d’un commissaire aux Comptes. Ils ont été tous élus le même jour, sous la supervision de l’Ambassadeur intérimaire, son Excellence Innocent VOMNIT. L’investiture dudit bureau est prévue le 06 juin 2022.

« Avec cette élection, mon cheval de bataille est de rassembler les Centrafricains vivant en Côte d’Ivoire, les recenser, afin de nous permettre d’avoir une base de données sécurisées et fiables » a projeté Bienvenu Tokpan N’gueta. Se réjouissant de la tenue effective de cette élection, après maintes tentatives avortées, il a exprimé sa gratitude à l’ensemble de ses compatriotes, pour la confiance placée en lui. Il a dit compter sur l’apport de tous, pour le succès de la mission.

La mise en place de cette organisation est une initiative des autorités centrafricaines, a exposé le Coordonnateur de l’organisation faîtière des Centrafricains de l’Afrique de l’Ouest en Côte d’Ivoire, Gonguéré Ulrich TELEYO. Ce présent projet s’inscrit dans le cadre du dialogue républicain voulu par le Président Faustin-Archange Touadéra, a poursuivi M. Gonguéré. Ce colloque, tenu en mars 2022, vise en effet l’union de tous les Centrafricains autour d’un même idéal, a-t-il situé.

La mission du Bureau d’Abidjan, a insisté M. Gonguéré, est de procéder au recensement des Centrafricains vivant sur le territoire ivoirien, avec l’appui du ministère des Affaires étrangères et du Gouvernement centrafricain. Cette cellule d’Abidjan, en tant qu’instance régulatrice, est appelée à élargir le projet au niveau des autres Etats de la sous-région, a planifié Ulrich.      

Ulrich Gonguéré a laissé entendre que la mise en place effective de ces faîtières permettra au pays « d’avoir une base de données des compétences, s’agissant des Centrafricains de la sous-région. Ils pourront ainsi participer au développement socio-économique » de leur pays. Il s’exprimait en présence notamment de la responsable à l’animation, Mme Pelo Josiane spécialement venue de Belgique. Elle a invité les élus à une parfaite collaboration avec la base, pour la consolidation de la paix.

Cette élection a été pilotée par un comité mis en place. Élu pour un mandat de cinq ans renouvelable, Bienvenu Tokpan N’gueta est le tout premier président des communautés centrafricaines en Côte d’Ivoire, voire dans la sous-région. La majorité des électeurs viennent de la Côte d’Ivoire. D’autres proviennent de la sous-région, spécialement du Sénégal, Ghana, Mali.

En Afrique de l’ouest, l’on dénombre à ce jour près de 40 000 Centrafricains. En Côte d’Ivoire, ils sont officiellement au nombre de trois mille, cinq mille officieusement. Ils sont également implantés au Mali, avec neuf mille ressortissants, au Sénégal, 11 000, au Ghana, quatre mille, au Togo et Bénin, six mille.

 AR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text