Côte d’Ivoire / Drame : Un footballeur se fait tirer là-dessus par le garde de corps d’un ministre-maire

Un élément de la garde rapprochée d’un ministre-maire est actuellement dans de beaux draps. Il est accusé d’avoir ouvert le feu sur le jeune footballeur S.N.A, dans la nuit du jeudi 17 février 2022, à Anyama.

Mais qu’est-ce qui a bien pu pousser cet élément de la garde rapprochée à faire usage de son arme de dotation dans une altercation avec le jeune footballeur S.N.A., habitant de la commune d’Anyama ? Tout le monde se pose cette question dans l’entourage de ‘’Inza’’, le sobriquet de cet élément des forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) détaché à la sécurité d’un ministre-maire.

Tout serait parti d’une chaude discussion

En effet, comme rapporté par Soir Info, le jour des faits, à la suite d’un malentendu, une chaude discussion éclate entre le jeune footballeur et l’élément de la garde rapprochée du ministre-maire. Le jeune footballeur réussit à prendre le dessus sur le militaire qu’il ‘’humilie’’, au passage, selon le confrère. Une humiliation qui passe mal chez l’élément de la garde rapprochée. Et il doit laver l’affront dans le sang, se dit-il.

Quant à S.N.A. qui caresse le rêve de marcher dans les pas de Kylian Mbappé, Lionel Messi et autres Cristiano Ronaldo, il rentre tranquillement chez lui, dans l’un des quartiers de la banlieue.

« Le militaire se mord les lèvres, histoire d’augmenter sa colère »

Plus tard, le militaire qui ruminait sa revanche, se munit de son arme de dotation avant de foncer au domicile de ce footballeur culotté qui, en plus de donner du tournis à ses adversaires sur le terrain, a osé l’humilier, lui, ‘’Inza’’, le ‘’mono’’ respecté et craint de tous. Chemin faisant, le militaire se mord les lèvres, histoire d’augmenter sa colère.

Sans autre forme de procès, il ouvre le feu sur S.N.A.

Une fois au domicile du jeune footballeur, il l’aperçoit, le fixe et sort son arme de dotation. Sans autre forme de procès, il ouvre le feu sur S.N.A. Atteint au mollet gauche et à l’orteil gauche, il s’écroule, en sang. Sa sale besogne accomplie, le militaire range son arme automatique encore fumante et retourne tranquillement sans être inquiété.

Transporté dare-dare dans un centre de santé d’Anyama, le cas du blessé est jugé préoccupant. C’est pourquoi il est vite référé au centre hospitalier universitaire (Chu) de Treichville dont le plateau technique relevé permet une prise en charge adéquate. A en croire le confrère, le pronostic vital du jeune footballeur n’est pas engagé. Mais S.N.A. fait l’objet d’une surveillance étroite par les médecins.

Source : Linfodrome

Saisis, les éléments des forces de l’ordre ont ouvert une enquête et s’emploient à mettre la main sur cet élément de la garde rapprochée transformé en ‘’pistolero’’ et devenu du coup un danger pour le ministre-maire dont il assure la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text