Affaire grève des commerciaux mobile money :Et si Wave avait induit tout le monde en erreur ?

Wave, la start-up américaine spécialisée dans les transactions à bas coûts, s’est lancées dans la concurrence avec les opérateurs mobiles en Côte d’Ivoire à grand renfort de publicité commerciale en avril 2021.

La start-up applique des frais fixes de transaction à hauteur de 1 % entre particuliers et épargne à ses utilisateurs des frais supplémentaires sur les paiements de factures en les reportant sur les entreprises – au contraire de son concurrent qui fait payer cette charge à ses clients. Aujourd’hui, Wave veut travailler avec 15 mille points de vente contre les 185 mille qui avaient été créé par les autres opérateurs.

Très vite, les usagers se sentent ‘’volés’’, car ils pensent que pendant longtemps les opérateurs mobiles leur ont imposé des frais abusifs. Déjà sur ses grands chevaux, le 25 mai 2021, l’application a organisé un panel à Abidjan autour du rôle des fintechs dans l’inclusion financière au moment tout baignait dans l’huile.

Plus d’un an après, la situation n’est plus rose pour la start-up qui a fait rêver de nombreux clients, mais surtout des jeunes en quête de petits contrats journaliers ou mensuels (les commerciaux)

Selon le gérant d’une agence de Mobile money dans la commune d’Adjamé Williamsville, qui voulut garder l’anonymat, la start-up leur a fait espérer dès ces débuts en leur faisant de bonnes propositions de commission « Non seulement, ils avaient beaucoup de client, mais leur commission était nettement mieux. Mais depuis un certain moment, nous avons constaté une baisse drastique des commissions, pire même que ceux qui étaient avant. Imaginez-moi par exemple avant, je gagnais 9000 FCFA voire 10.000 FCFA sur des transactions d’environ 4.000.000. Mais aujourd’hui, je tourne autour de 3 700 voire 4000 FCFA. Ce n’est vraiment pas normal. Ils nous ont ‘’blagués tués’», a-t-il expliqué sous son anonymat.

Les opérateurs de téléphonie mobile ont, certes perdue des parts de marché, mais grâce au développement d’offre de service, MTN Côte d’Ivoire par exemple, vise à créer une place de marché numérique qui soutient les économies sans numéraire et numérique. « En faisant ainsi, nous devenons la plus grande plateforme Fintech en Afrique et nous contribuons à accélérer le développement économique et social par bouleversement numérique de notre pays », soutient la direction.

MTN Mobile Money (Momo), enregistre un peu plus de 6 millions d’abonnés actifs chaque mois et plus de 2 millions à 3 millions d’abonnés font régulièrement des épargnes sur leur compte au travers de leur offre MoMokash. Aujourd’hui, avec la crise que connaît le secteur, Wave a libéré toute sa force de vente pendant que MTN continue d’avoir ses équipes sur terrain pour éduquer les populations à l’inclusion financière d’où le business responsable (exemple). Selon la direction, ils proposent un commissionnement clair et simple ou ils partagent plus de 70 % des frais avec la chaîne.

Dans sa publication du 10 juin 2021, Mamadou Bamba, directeur général d’Orange Côte d’Ivoire, confiait au confrère de Jeune Afrique ce qui suit : « Chaque pays à son propre modèle de distribution. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, nous pratiquons le zonage via quatorze distributeurs exclusifs avec lesquels nous travaillons depuis près de quinze ans. Les contrats ont été renouvelés en octobre 2020 et Wave n’a pas soumissionné ».

BK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text