Cop15 : la FAO réitère son engagement global pour renverser la tendance

Dans le Cadre de la cop15 , la Directrice Générale adjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Maria Helena Semedo, a indiqué que son organisation est globalement engagée dans la problématique de lutte contre la désertification qui menace la sécurité alimentaire mondiale si l’on n’y prend garde.  L’annonce a été faite, ce jeudi 12 Mai 2022,  lors d’une conférence de presse à la salle de Presse au Sofitel Hôtel Ivoire

L’objectif c’est de promouvoir les chaines de valeurs du cacao sans déforestation et restaurer les forêts dans les paysages à cacao en Côte d’Ivoire, l’amélioration de l’efficacité des chaines de valeur du cacao. 20000 ha agroforesterie, a-t-elle ajouté

Pour Maria Helena Semedo, ce projet développera des cadres de gestion du paysage à cacao pour orienter les activités à travers de multiples juridictions (villages, sous-préfectures). Les plans au niveau du paysage aideront à coordonner les actions plus larges ainsi que les investissements. Cela devrait permettre de résoudre les problèmes de sécurité alimentaire, de déforestation et d’amélioration des revenus des petits producteurs agricoles. La FAO va apporter son appui technique dans la réalisation de ce projet.

Elle a aussi insisté sur les investissements nécessaires dans la restauration des terres dégradées afin de renverser la tendance au profit d’un monde durable dans lequel la sécurité alimentaire est assurée.

Elle a appelé à agir maintenant pour léguer un bon héritage aux générations futures. C’est en cela qu’elle a salué L’initiative d’Abidjan proposée par le Président Alassane Ouattara, un programme pour un monde durable.

Maria Helena Semedo a précisé que son institution ne finance pas de projets, mais aide les pays à trouver des financements pour leurs projets.

Pour Maria Helena Semedo, ce projet développera des cadres de gestion du paysage à cacao pour orienter les activités à travers de multiples juridictions (villages, sous-préfectures).

Les plans au niveau du paysage aideront à coordonner les actions plus larges ainsi que les investissements. Cela devrait permettre de résoudre les problèmes de sécurité alimentaire, de déforestation et d’amélioration des revenus des petits producteurs agricoles. La FAO va apporter son appui technique dans la réalisation de ce projet.

Brice Konan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text