Interview : Eléonore Diabaté, Directrice pédagogique du groupe ESMA

« Pour mieux remplir ma mission, je collabore beaucoup avec les enseignants et les étudiants »

Eléonore Diabaté est directrice pédagogique du groupe ESMA depuis l’année dernière. A travers l’entretien qui suit, elle évoque notamment son abnégation dans le travail pour le bien des étudiants et du groupe ESMA.

Quel est votre rôle exact en tant que directrice pédagogique au sein du groupe ESMA ?

Très souvent les gens se demandent pourquoi il y a un directeur opérationnel et une directrice pédagogique. Ce que vous devez savoir c’est que quand on parle de directrice pédagogique, c’est en fait la direction pédagogique qui encadre toutes les activités pédagogiques du groupe ESMA. En parlant d’encadrer toutes les activités pédagogiques, à quoi je fais allusion : je fais allusion à la mise en place des méthodes et des outils de gestion pédagogique. C’est lorsque cette mise en place des stratégies pédagogiques a été faite qu’au niveau de l’opérationnel les choses sont prises en compte. C’est un peu comme la machine qui pense et la machine qui exécute ; donc de façon concrète au sein de la direction pédagogique j’ai en charge de mettre en place les méthodes et outils pédagogique qui consistent à l’encadrement et à la coordination de l’équipe des enseignants. Ça consiste également à l’élaboration des programmes de formation ; à la gestion de recrutement des formateurs et à l’aide qu’on leur apporte pour l’amélioration de leurs performances. On gère également l’accueil, l’intégration et le suivi des étudiants avant de leur confier au cabinet Bara Office pour leur intégration dans le domaine professionnel. 

 Quel est votre plan d’action au début de chaque année pour ESMA ?

Alors ce que vous devez savoir, c’est qu’à la fin de chaque activité, on fait un bilan et eux ils doivent le faire aussi en tant qu’étudiants ils doivent faire un bilan, afin de ressortirce qu’ils ont constaté de positif et de négatif. Alors mon plan d’action à moi au début de chaque année est de faire ressortir tout ce qui est négatif dans ce qui s’est passé l’année précédente, de l’utiliser et d’en faire mon cheval de bataille. C’est sur ces éléments négatifs que je m’appuie pour mettre en place le plan d’action pour l’année en cours ; par ailleurs, je mets un point d’honneur pour   améliorer toute stratégie qui a bien fonctionné.

Quelles stratégies mettez-vous en place pour accomplir convenablement vos attributions de directrice pédagogique ?

C’est une formation continue, une formation perpétuelle, c’est une collaboration, après des réunions tenues régulièrement avec mes collaborateurs également l’écoute des étudiants. Mon bureau est ouvert à chaque fois qu’un étudiant vient se plaindre ou vient parler je suis à son écoute, tout comme je suis à l’écoute des enseignants. Je leur prodigue également des conseils pour pouvoir améliorer leur méthode d’enseignement.

Comment faites-vous pour allier votre vie professionnelle et celle du foyer ?

Vous savez très bien que maintenant pratiquement toutes les femmes travaillent.  Celles qui ne travaillent pas, font un commerce. Ce n’est pas de la magie, je ne suis pas super woman (rires). C’est quelque que je fais tout naturellement, les enfants mêmes se plaignent lorsque leur maman ne fait rien, ne mène aucune activité. Donc mes enfants me comprennent quand j’ai des choses à faire à ESMA le week-end très souvent je suis accompagnée de mes enfants pour ceux qui sont là le week-end, ils le savent. Alors pour mieux allier ma vie de femme au foyer et ma vie professionnelle, je fais la part des choses quand je suis à la maison je trouve du temps pour monsieur et pour les enfants, mais quand je suis au bureau, je suis au bureau.

Quels sont les projets que vous nourrissez pour ESMA ?

D’entrée de jeu quand j’ai pris la direction de l’école de presse et de communication, mon objectif était de faire d’ESMA une école d’excellence au même titre que l’INP qui m’a fascinée. Et comme je suis également enseignante à l’INP, j’ai été très fascinée par dans la gestion des étudiants, par la gestion au niveau de la pédagogie. Donc l’objectif que je vise qui est mon leitmotiv, c’est de faire de l’ESMA une école de renommé au même titre que l’INP.

« Mon ambition pour ESMA : faire d’elle une école d’excellence »

Quelle sont vos rapports avec les étudiants de l’ESMA ?

J’ai de très bons rapports avec eux. Ils sont chaque fois entrain de venir me taquiner ici au bureau. Quand je les vois dans la cour de l’école, quand je ne suis pas contente je le fais savoir. Je pense que le message passe, c’est à vous de me dire, vous êtes étudiant, vous êtes mieux placé, pour me dire voilà ce qu’on pense de vous, voilà ce qu’on sait. Sinon j’ai de très bons rapports avec les étudiants, je reste à leur écoute comme je l’ai dit au début de cet entretien, et c’est ce qui me permet de réussir ou de mener à bien mon combat.

Quelle sont votre journée type ?  Que faites-vous du matin au réveil jusqu’au soir en vous couchant ?

Je ne me lève pas ou je ne me couche pas sans dire bonjour ou au revoir à mon Dieu ; c’est la première chose que je fais et c’est la dernière chose que je fais. Quand je me lève je n’adresse la parole à personne si ce n’est à Dieu : donc le matin au réveil je remercie Dieu pour le souffle de vie qu’il a renouvelé dans ma maison et aussi parce qu’il nous a préservé durant toute la nuit. Après bien évidement je prends ma douche, je m’habille et m’apprête pour aller au boulot. Après avoir parlé à mon Dieu tout ce qui m’obsède c’est ESMA, qu’est-ce que je dois faire ? Quelles sont les tâches à faire pour la journée ? Qu’est-ce que je n’ai pas pu faire la veille ? Qu’est-ce que je dois rattraper ? Comment performer la pédagogie ? Comment faire de telle sorte que les étudiants soient heureux ? Voilà c’est ce qui me guide, c’est ce qui fait ma journée, j’arrive au bureau, je vois s’il y a des choses à confier à mon assistante je le fais, je descends voir l’équipe de pédagogique notamment J-C et Ouhia qui sont mes collaborateurs avec qui je travaille, s’il y a des problèmes ils me font part et s’il y a des dispositions à prendre. Je n’ai pas de journée type en fait.

Propos recueillis par Stéphane Mafia (étudiant à l’ESMA)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text