Le Burkina Faso n’est pas d’accord avec la CEDEAO

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a demandé aux autorités de la transition du Burkina Faso un calendrier de la transition au plus tard le 25 avril prochain.

Une demande refusée par le Burkina Faso dans la mesure où la durée de la transition a été déjà adoptée de façon « consensuelle » lors des assises nationales du 28 février.

Ces consultations nationales ont fixé une durée de transition de trois ans (36 mois) au Burkina Faso pour redresser le pays. Le colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, nouveau chef de l’Etat, ne compte pas céder à ce qui est considéré comme un coup de pression de l’organisation régionale, si l’en croit les propos du porte-parole du gouvernement, informe apanews.

L’organisation régionale est « inquiète » des trois ans de transition et suggère une durée plus courte que 18 mois au maximum. Une proposition pour l’instant rejetée par les autorités de la transition burkinabé.

Ousmane Tall

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text