Pourquoi la Mission de l’ONU fait entrer des munitions sur le territoire Centrafricain sans que les autorités ne soient informées ?

Grâce à la vigilance de la Gendarmerie Nationale, on a réussi, le 16 mars 2022, à saisir deux camions civils dans la ville de Beloko, en provenance du Cameroun et se dirigeant vers la ville de Bouar, plus précisément vers le contingent sénégalais des Nations Unies. Chacun de ces deux camions possédait deux conteneurs remplis des marchandises et d’armes de guerres dont des mines anti personnelles et portait l’emblème des Nations Unies.

Au départ, c’était en tout cinq camions portant chacun deux conteneurs. Pendant ce temps, trois véhicules transportant six conteneurs étaient déjà rentrés à la base de la MINUSCA dans la ville de Bouar. Le 16 mars 2022, ayant suspectés deux autres camions, les forces nationales les ont escorté jusqu’au niveau de la Gendarmerie Nationale à Bangui pour nécessité d’enquête. Vendredi 18 mars 2022 la gendarmerie a découvert que ces conteneurs transportaient des munitions de guerre et des mines antipersonnel interdites en Centrafrique. Parmi ces quatre conteneurs deux sont remplis de matériel bureautique et les deux autres sont remplis des munitions et mines ainsi que des effets de guerre. Une véritable contrebande des armes et la déstabilisation de la Centrafrique.

Un autre scandale est qu’un opérateur économique privé s’est rendu à la Gendarmerie Nationale de Bangui où les colis sont stockés pour réclamer que les fournitures se trouvant dans un autre conteneur lui appartiennent. Or, le conteneur était bien marqué UN.

Les questions se posent : pourquoi ces deux camions transportent-ils toutes ces armes déjà interdites et depuis quand une mission de l’ONU confie-t-elle le transport de ces effets militaires à des commerçants privés ? Il est devenu clair pour les résidents locaux que la MINUSCA est impliquée dans cette affaire de contrebande parce que cette mission onusienne a toujours fait l’objet de soupçon de soutien aux groupes armés en RCA pour justifier sa présence en prolongeant son mandat du maintien de la guerre. Les Centrafricains ne doutent pas que c’est la mission de l’ONU qui fournit des mines anti-personnel aux éléments de 3R dans la région de Bouar, c’est pourquoi ces camions ont pris la destination de la ville de Bouar.

Conformément au mandat de la MINUSCA, elle ne peut pas faire venir des armes soit des munitions en Centrafrique. Des armes et munitions d’une telle série ne peuvent entrer sur le territoire sans escorte. C’est une véritable contrebande que la mission onusienne a organisé. De plus, la MINUSCA occasionne tellement des pertes économiques à la RCA, car elle fait entrer des marchandises privées voilées par l’emblème des Nations Unies.

Le gouvernement de la Centrafrique doit se saisir de cette situation afin de mettre fin au trafic d’armes par la MINUSCA au profit des rebelles.

 Walid amira correspondant de NDC Algérie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text