Crise ukrainienne : les pays sahariens s’engagent  à stopper l’achat du pétrole russe

Le géant britannique Shell s’est engagé mardi à ne plus acheter de pétrole russe « pour s’aligner avec les nouvelles directives du gouvernement » britannique, suite au conflit armé en Ukraine.

Dans un communiqué, Shell a précisé que, « comme premier pas immédiat, le groupe va arrêter tous les achats au comptant sur le marché de pétrole brut russe » et va « fermer ses stations-services, ainsi que ses activités de carburants pour l’aviation et lubrifiants en Russie » .

→ Lire aussi : Crise ukrainienne : Vers un creusement des déficits budgétaire et commercial

« Nos actions à ce jour ont été guidées par des discussions continues avec les gouvernements sur le besoin de détacher la société des flux d’énergie russe, tout en maintenant l’approvisionnement en énergie », a commenté le directeur général de Shell, Ben van Beurden.

Le mastodonte des hydrocarbures est en train de modifier sa chaine d’approvisionnement en pétrole brut pour retirer les volumes russes, a-t-il expliqué.

Compte tenu de « l’emplacement physique et de la disponibilité d’alternatives », cet effort « pourrait prendre des semaines » , a toutefois averti le patron de Shell.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text