Ukraine : le HCR demande aux pays voisins de laisser ouvertes leurs frontières

Le chef de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, Filippo Grandi, a appelé les pays voisins de l’Ukraine à garder leurs frontières ouvertes aux personnes cherchant un refuge sûr, alors que la situation dans ce pays se détériore rapidement après l’attaque militaire russe. « Les gens ont commencé à fuir leurs maisons pour chercher la sécurité », a-t-il tweeté, avant d’ajouter dans un communiqué, « des rapports font état de victimes et de personnes commençant à fuir leurs maisons en quête de sécurité ». 
Le Haut-Commissaire Grandi a appelé les belligérants à épargner les civils et les infrastructures civiles. Le HCR dit travailler avec les autorités, l’ONU et d’autres partenaires en Ukraine et est prêt à fournir une aide humanitaire « partout où cela est nécessaire et possible ». À cet effet, la sécurité et l’accès pour les efforts humanitaires « doivent être garantis », a ajouté M. Grandi.
« Aujourd’hui est un jour sombre pour la paix mondiale », a dit le chef du HCR. « Il n’y a pas de gagnants dans la guerre, mais d’innombrables vies seront déchirées », a-t-il ajouté, redoutant des « conséquences humanitaires dévastatrices pour les populations civiles ».L’agence onusienne a intensifié ses opérations en Ukraine et dans les pays de la région. « Nous sommes prêts à soutenir les efforts de tous pour répondre à toute situation de déplacement forcé », a fait valoir M. Grandi, rappelant la « ferme détermination » de l’ONU à soutenir toutes les populations touchées en Ukraine et dans les pays de la région.
Plus largement, les différentes agences onusiennes et leurs partenaires tentent de répondre aux besoins des personnes des deux côtés de la ligne de contact en Ukraine malgré des hostilités volatiles et des fonds limités. « Nous sommes déterminés à rester et à apporter une aide humanitaire à tous ceux qui en ont besoin », a dit, pour sa part, Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint chargé des secours d’urgence de l’ONU. « Je suis gravement préoccupé par la dernière escalade en Ukraine et fais écho à l’appel du Secrétaire général de l’ONU, António Guerres, pour un cessez-le-feu immédiat », a-t-il tweeté, relevant « l’impact élevé » du conflit « sur la vie des civils ». De son côté, la Coordinatrice humanitaire de l’ONU en Ukraine a souligné que les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires sont déterminés à rester et à livrer l’aide humanitaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text