Mali : 12 terroristes et six soldats tués lors d’opérations militaires (armée)

Douze terroristes ont été tués dans des opérations menées par l’armée malienne dans différentes régions du pays entre les 8 et 15 février, a annoncé mercredi soir le service de presse de l’armée, qui dit toutefois déplorer la perte de six soldats.

Des renseignements recoupés ont confirmé la « neutralisation » du chef terroriste Alousseni Sangaré, dit Iboune Anassi, dans la région de Mopti (centre) après des frappes aériennes menées le 31 janvier dernier, a-t-elle précisé dans un communiqué

On confirmait par ailleurs de même source la mort de Sidi Ag Assarafi, Iboune Seidi, Abou Salafat et Iboune Mahoumouda, « tous fichés et recherchés » suite à l’attaque d’une position de l’armée à Boulkessi (centre) en 2019.

Concernant les six soldats décédés, le communiqué précise que deux sont tombés dans la zone de Niafunké, au sud-ouest de Tombouctou (nord), et que les quatre autres ont été victimes d’une mine artisanale dans la région de Sikasso (sud).

Les offensives militaires ont par ailleurs permis l’arrestation de nombreux terroristes, notamment dans la région de Ségou (centre) où 25 auteurs présumés d’exactions sur les populations ont été interpellés, dont Nouhoum Boubacar Diallo, un responsable de la katiba du Macina d’Amadou Koufa, fiché et recherché par les renseignements maliens pour avoir fait poser des mines artisanales.

Ces différentes opérations menées dans le sud, le centre et le nord du pays ont aussi permis la destruction de bases logistiques des groupes terroristes et la récupération d’armes et de bétail volés aux populations.

L’état-major général des armées du Mali a par ailleurs tenu à assurer la population que les actions de collecte de renseignements, de surveillance, de poursuite, d’interpellation et de neutralisation des terroristes dans leurs sanctuaires et dans les zones urbaines allaient se poursuivre.

Aussi invite-t-il « les populations à se démarquer des terroristes pour minimiser les risques de dommages collatéraux » et cela d’autant plus que « la leçon apprise pendant les dernières actions confirme l’emploi de civils comme boucliers humains ».

Avec NDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text