Défense des intérêts des Enseignants du supérieur privé : le MODDEP-CI s’appuie sur un partenaire de poids

Le Mouvement de Défense des Droits des Enseignants du Privé de Côte d’Ivoire (MODDEP-CI) se dit soucieux des conditions de vie de ses membres. Dans cette optique, il a officiellement adhéré, ce samedi 18 juin, à la Centrale Dignité, afin d’aider à mieux relever tous les défis, au Centre universitaire professionnalisé (CUP) d’Abidjan sis à Abidjan Cocody Riviera 3.

« Nous avons adhéré, de façon officielle, à la Centrale dignité, parce que tout syndicat doit appartenir à une faitière, pour mieux défendre ses intérêts », s’est exprimé en ces termes le SG du MODDEP-CI, Kouia Franck. Pour le SG, le choix de la faitière n’est pas fortuit. En Côte d’Ivoire, « sur plus de 12 syndicats », elle se caractérise par « son combat pour le bien-être des Enseignants, voire pour les fonctionnaires du pays », a-t-il martelé. 

Poursuivant son allocution, M. Kouia a notifié que cette initiative concourra à « la formation, l’accompagnement des camarades, eu égard à la marche et la démarche de la Centrale dignité sur le terrain ». Avant de remettre, de façon symbolique, le cahier contenant les lignes directrices de l’association au représentant de la faitière. En présence de fondateurs et Directeurs des Etudes de divers établissements.    

Intervenant à cette occasion, le représentant de la Centrale Dignité, Djihi Michel, a sensibilisé les syndiqués sur la politique de fonctionnement d’un syndicat. Il a exhorté le MODDEP-CI à accorder un intérêt particulier à la gestion dynamique et efficiente des affaires courantes. Celle-ci reposant entre autres sur la planification, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des programmes, en accord avec la base. Se disant disposé à les accompagner, il a instruit les membres sur la nécessité des cotisations, pour la vie, le fonctionnement et l’autonomie de l’association.   

Le général Soumahoro Drissa, ex-Secrétaire général national de la Coordination nationale des Enseignants du Supérieur privé (CNESUP), était présent à cette cérémonie. Il a soutenu que la lutte pour  l’amélioration des conditions de vie des enseignants du supérieur privé incombe avant tout au MODDEP-CI. A cet effet, il a incité le mouvement à aller sur le terrain, rencontrer et recenser les enseignants, relever leurs problèmes et leur trouver une solution idoine. 

M. Soumahoro, disant que « chaque génération a sa mission », a appelé le mouvement à faire face notamment aux arriérés de salaires, à veiller au paiement des vacations à 4000 F, voire 5000 F l’heure, contrairement au montant de 3000 F, même 2500 F l’heure en vigueur dans les établissements. Il s’exprimait en présence de la présidente d’honneur du MODDEP-CI, Me Adé Mensah Diakité. Honorée à cette cérémonie, dans le cadre de la fête des mères, Mme Adé Mensah a rassuré les syndiqués de sa détermination à permettre à chaque enseignant d’avoir un toit.   

Cette cérémonie a été également l’occasion pour le MODDEP-CI de lancer officiellement son site internet, www.moddep-ci.com. Cette plateforme a été créée la semaine dernière, avec le concours du Maire de la commune, Jean Marc Yacé. Ce site aidera à visualiser les actions du mouvement, au réseautage, à l’inscription et l’information des membres, dans sa vision de se positionner au plan international.

Le Mouvement de Défense des Droits des Enseignants du Privé de Côte d’Ivoire (MODDEP-CI) compte à ce jour plus de 500 adhérents dont 98 syndiqués payant régulièrement leurs cotisations. Ouvert à tous les enseignants du privé, il a été créé le 06 novembre 2021. Il se veut un nouveau syndicat appelé à redonner confiance à tous les enseignants du privé du pays, à travers un nouveau contrat social. Le mouvement compte installer des sections dans les différentes localités du pays. 

                                                                              

 AR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

text